::Forum::
[25 novemb... [4 novembr... [11 novemb... Tirages vo... Applicatio... Heets coll... [14 octobr... [23 septem... GP Bikes... [9 septemb... Premier Re... [26 ao&uci... Les lundis... [8 juillet... [17 juin] ... [3 juin] Z... Qu'ils ess... bug gpl... [13 mai] M... [22 avril]...
::Pub::
Hit-Parade.com
Anegocier.com
SoftBB
Get Firefox!
::Stat::
::Visites::
Total: 519145
Today: 73
Max: 642
::Interview exclusive du vainqueur de WG en 67::
GC : Salut le passionné et vainqueur du Grand-Prix des Etats-Unis. Me ferez-vous l'honneur de répondre à quelques questions ? La foule vous a porté en triomphe après votre victoire chez l'oncle Sam. Les gens semblent vous porter dans leur cœur. Je suppose qu'ils apprécient les pilotes passionnés qui portent en eux une étiquette de martyr tel que vous. Il faut dire que vous n'avez pas terminé beaucoup de grands prix cette saison. Dites-nous pourquoi et surtout comment vous gardez la foi après tous ces pépins ?

JF : D'abord, salut Gérard et salut à tous ceux qui me portent dans leur coeur! :-)
Pour la foi, il n'y a pas de problème. Depuis que je roule en course, la victoire m'a toujours semblé moins importante que le simple fait d'être là.
Bien sûr je roule pour être aussi bon que possible, mais au-delà de la performance, c'est le plaisir qui guide mes participations. Quand j'ai débuté à GPL, je roulais avant tout pour ramener la voiture sur la ligne d'arrivée, avant la LBGPL, j'ai toujours roulé dans des championnats où on ne pouvait pas réparer, et ça m'a appris la constance et la prudence. La LBGPL m'a appris à me lâcher en course et à plus forcer et attaquer.
Une course haletante et disputée où l'on termine dernier vaut mieux que des courses que l'on gagne les doigts dans le nez.
De plus, concernant mes divers problèmes techniques de cette année, je savais qu'ils ne pourraient pas durer éternellement, alors j'ai serré les dents en attendant un retour au mieux, qui semble bien arrivé maintenant. :-)



GC : La stratégie élaborée durant les longues soirées d'hiver par l'écurie LPN semble à présent porter ses fruits au niveau des châssis. Vous en êtes le principal artisan d'après les bruits de couloirs. Dites-nous, avez-vous préparé cette course minutieusement ? Etes-vous plutôt perfectionniste ou bien plutôt nonchalant et on verra comment je le sens ce soir ?

JF : Personnellement, je suis un pilote qui se prépare assez peu spécifiquement aux courses. Je me base sur mon expérience de la course et ma connaissance des circuits, et puis le reste vient quand je suis au volant... ou pas.
Je fais très peu de hotlap (je n'ai même pas de rank, c'est dire) et je ne crée pas moi-même de setups, je suis là pour les courses, pour la confrontation directe avec les autres pilotes, c'est vraiment ce qui m'intéresse le plus.
Pour cette manche de Watkins Glen, j'avais juste fait 2 ou 3 tours en offline dans l'après-midi pour vérifier que mon setup en place me convenait, et c'est tout.
Je n'aime pas du tout arriver trop préparé sur un circuit, parce qu'en général, ça provoque chez moi une certaine lassitude qui n'est jamais la bienvenue parce que ça me déconcentre plus que n'importe quoi.

Concernant les choix de châssis de l'équipe LPN et l'organisation de l'équipe en général, je suis très pointilleux et j'essaye de bien analyser les situations. Malgré tout, on prend toutes les décisions en équipes, je propose des directions et on en discute avec de se décider.
Il faut savoir gérer la saison et s'adapter au règlement. Nous avons privilégié le plaisir de rouler, tout en voulant rester le plus compétitif possible.
Quand on s'engage dans la saison avec deux pointures comme Joël et Hervé, on peut croire que c'est simple, mais il faut toujours entretenir l'enthousiasme et l'esprit d'équipe, très important entre nous. Avant chaque manche, on fait un petit briefing par mail. Et au-delà de la compétition, on s'entend très bien et on communique beaucoup, c'est bien.
De plus, cette saison, avec la règle qui interdit les meilleurs chassis aux vainqueurs, il nous a fallu pas mal aménager nos idées de base, le but étant de rouler tous les trois toujours sur le même chassis, en équipe. A part pour Monza 67, ce sera le cas cette année en 67 et 69.



GC : Quels sont vos objectifs principaux cette saison et quels seront ceux de la saison prochaine ? On parle déjà de transferts dans les paddocks. Pouvez-vous nous donner un scoop sur LPN 2007 ?

JF : Mes objectifs pour cette saison sont pour ainsi dire déjà remplis: je voulais que l'équipe soit championne en 67 et 69. Avec des coéquipiers comme Joël et Hervé, c'est le moins qu'on pouvait espérer.
Je suis juste un peu frustré au final que les choses se soient si bien passées. :-)
Des questions houleuses de règlement en début de saison et des problèmes plus humains ont un peu perturbé une compétition qui aurait pu et dû être plus serrée à mon sens. Il y a eu de l'impardonnable sabotage, mais on ne va pas revenir là-dessus...

Plus personnellement, cette saison était prévue comme une saison de transition, j'ai roulé comme on l'a dit dans des conditions assez mauvaises qui m'interdisaient de rêver à des exploits.
Par rapport à 2005 ou 2004 ou 2003, je n'ai pour ainsi dire pas roulé, et seulement en LBGPL. Les années précédentes, il y avait F1Legends et la LFGPL et rouler (très) souvent en course m'aidait beaucoup à être rapide et motivé.
Maintenant que je retrouve une connection valable, je compte bien rouler plus et revenir à mon plus haut niveau et j'espère que 2007 sera ma meilleure année GPL, en LBGPL et en F1Legends.

Concernant les transferts, rien n'a encore été décidé et tout dépendra de l'évolution du championnat LBGPL en 2007.
Mes deux coéquipiers savent de toute manière que je poursuivrai l'aventure LPN avec eux avec la plus grande joie, s'ils le veulent. Mais on en reparlera après les dernières courses.



GC : Racontez-nous cette course. Vous n'avez commis aucune erreur, même infime et la pression semble avoir été sur les épaules de Luc durant toute la course et pour une fois, c'est lui qui a lâché. Y avez-vous cru dès le départ à cette victoire ?

JF : Après des qualifs où je me suis donné autant que possible, j'avoue que je n'imaginais pas vraiment tenir la distance avec Luc et Hervé, en général plus rapides que moi en performance pure.
Je me suis contenté de rouler vite et bien en début de course, sans trop me poser de questions. Quand j'ai vu que les écarts restaient très stables, ça m'a motivé à continuer ainsi, et j'ai vraiment bien roulé d'un bout à l'autre.
Avec un pilote aussi aguerri et solide que Luc devant, je ne pouvais pas espérer une erreur de sa part, et si par moment j'ai un peu forcé l'allure pour réduire l'écart, je me suis vite rendu compte que c'était peine perdue.
Malgré tout, je n'ai pas baissé les bras et j'ai continué à rouler aussi vite que possible... et puis il y a eu cette sortie de piste de Luc dans l'angle droit juste avant les stands: d'abord je n'y croyais pas trop, j'ai eu un coup d'adrénaline puis je me suis rendu compte que j'étais est devant.
C'est peut-être ce moment qui est le plus difficile à gérer, j'avais la tête en feu et je tournais le volant de manière presque machinale, le temps que le sang froid revienne.
J'adore ces moments et j'aime rouler dans des conditions stressantes parce que je suis alors toujours plus concentré. D'ailleurs, dans les derniers tours, je m'offre même le luxe de creuser l'écart.
J'étais très content à l'arrivée, autant d'avoir aussi bien roulé que d'avoir gagné la course d'ailleurs.



GC : Il y a une question qui brûle les lèvres de tous les pilotes de la ligue. Quelle est votre façon de régler un châssis ? Règlez-vous vous-même votre voiture ou bien utilisez vous des setups disponibles sur le net ?

JF : Comme je l'ai dit, je ne crée jamais de setup par moi-même, disons que j'estime avoir d'autres choses à faire. J'ai une belle quantité de réglages trouvés sur le net et je choisis toujours parmi ceux-là.
En général d'ailleurs, je reviens toujours vers les mêmes setups: des _RE quand je ne me sens pas en super forme et des GH et GH2 quand je pète le feu. Souvent aussi, j'ai roulé avec des setups préparés par Joël, qui est un très bon régleur de voiture.
J'aime de toute façon avoir une voiture qui roule droit et qui réagit nettement sans partir dans tous les sens, je préfère perdre quelques centièmes au tour mais me sentir confortable en toute circonstance.
Avec des setups moins pointus, on est plus aptes à réagir aux événements imprévus de la course, on est plus flexible, c'est ce qui compte pour moi.
Je n'ai rien d'un alien et c'est ma régularité qui fait de moi un bon pilote, plutôt que ma vitesse pure.
Je dois aussi souvent me battre contre la déconcentration en milieu de course et du coup, je me conserve toujours une petite marge d'erreur qui m'aide à tenir la route.



GC : Tout le monde connaît vos chefs-d'œuvre d'architecte Chimay, Moircy et aussi une contribution à Jehonville. La légende dit même que vous avez conçu un track en 1 heure lors de la dernière LAN. Personnellement je n'y crois guère à cette histoire, mais bon… Bref, sur quel tracé planchez-vous en ce moment ?

JF : Pour l'instant, je suis toujours sur Jéhonville. Ce devrait être fini dans les jours qui viennent mais quelques problèmes ne cessent de retarder le grand jour.
Après Jéhonville, si Dieu le veut, il reste au moins piste que je voudrais finaliser pour GPL, c'est celle du Bois de la Cambre. C'est un tracé dont l'aménagement a été commencé depuis longtemps et qui me tient à coeur. La plupart des pilotes qui fréquentent Stavelot en août connaissent déjà ce tracé.
Outre cela, de nombreux autres projets de circuits m'ont traversé l'esprit, mais à moins de me voir pousser une seconde tête et quelques bras supplémentaires, sans doute resteront-ils à l'état de projets utopiques.
Depuis mes débuts sur GPL, mon activité de pilote s'est accompagnée d'une activité de créateur, et j'aime beaucoup ça. Si j'avais passé tout mon temps d'édition et de création à rouler, je serais peut-être un champion aujourd'hui! :-)
Quant à la piste créée en une heure à la LAN, ce n'est pas une légende! Et qui sait si elle ne pourrait pas devenir officielle un de ces jours...



GC : Votre site Web regorge d'un melting pot de différents themes vraiment très disparates. Cela va de GPL à l'histoire des civilisations en passant par des compos musicales. Alors à part GPL, qu'est-ce qui vous branche le plus dans la vie ?

JF : Houlà, une question difficile qui va m'obliger à être très personnel.
Ce qui me branche le plus, c'est la découverte et l'apprentissage de nouvelles choses.
Le melting-pot de mon (ancien) site traduit bien cela: je suis le dilettante-type et tout ce que je ne connais pas ou mal est susceptible de m'intéresser.
J'aime les expériences inédites et l'ouverture à de nouvelles manières de me remplir la tête, j'aime aussi beaucoup partager autour de moi ce que je découvre, ça a l'air idiot mais c'est pour moi une continuation logique à mon enthousiasme.
Partant de là, je suis bien sûr un grand amateur de livres en tout genre, mais aussi de jeux de société et de sports plus ou moins extrêmes, par exemple, ou d'opéra, ou de grandes discussions sous les étoiles, un peu poête, un peu révolutionnaire, et tout ce qu'on voudra tant que ça me fait vibrer...
En informatique ludique, j'aime beaucoup créer, transformer et inventer, mettre ma petite part d'imagination dans le jeu. Un jeu que je ne peux pas modifier à ma guise ne me plaira jamais longtemps.

Evidemment, le revers de la médaille est que je ne me donne pas souvent l'occasion d'approfondir un domaine. Pour ça, il faut vraiment que je m'y sente constamment évoluer et changer. GPL à ce point de vue est une simulation fabuleuse qui procure un plaisir toujours renouvellé, avec ses hauts et ses bas.
Il y a aussi l'histoire et l'histoire de l'art qui sont de vraies passions, parce qu'on peut toujours y découvrir plus, et bien sûr mes amis et proches, sans lesquels je ne serais rien et qui ont souvent bien du mal à me suivre et à me supporter, mais il faut que je me lâche, parfois.
Cependant, je m'arrange pour rester très "indépendant", ça n'a pas que de bons côtés mais ça me permet de me donner où bon me semble et comme bon me semble, je n'aime pas être forcé à quoi que ce soit.
Paradoxalement, j'aime aussi les choses bien faites jusqu'au bout, et on ne peut pas TOUT faire alors parfois je "pète un peu les plombs", mais même ça, c'est une expérience très forte...
La discipline imposée par GPL est très saine pour moi à ce point de vue, je considère la compétition virtuelle comme un vrai sport.

GC : Merci pour la profondeur des réponses.

JF : C'était un honneur pour moi de répondre à tes questions, Gérard, j'espère que je n'ai pas été trop long. A bientôt à Monthléry !

Nouvelle écrite par: Gérard Quombraque le 19-10-2006 21:21


::Commentaires::
il n'y pas de commentaires pour cette news
Créé par Copay Sébastien. Copyright www.lbgpl.be 2006